Une députée écologiste à quoi ça sert ?
Partager

Après une campagne présidentielle éreintante, beaucoup font part de leur lassitude pour les législatives. A quoi bon voter, maintenant qu’un président est élu ? Notre réponse est claire : votons, car les élu-e-s écologistes sont indispensables à l’Assemblée nationale.

Le centre de Paris aspire à l’écologie.

Le centre de Paris souffre, plus encore qu’ailleurs en France, d’années de politiques productivistes et écocides.
Certes, les choses se sont améliorées, grâce à l’impulsion des élu-e-s écologistes dans la majorité municipales à partir de 2001. La marie écologiste du 2e arrondissement, par exemple, a été pionnière dans l’association des citoyen-ne-s aux prises de décisions, avec les premiers budgets participatifs. Elle a aussi innové dans le bio dans les cantines, le tri des déchets, la végétalisation, et la promotion du vélo et des zones piétonnes.
Qui sinon les élu-e-s écologistes pour porter ces idées, et s’opposer aux projets désastreux, tels à Paris que la tour Triangle ou de la candidature aux Jeux Olympiques 2024 – qui devrait a minima faire l’objet d’un référendum local, ce que la mairie socialiste refuse ?
Les élus locaux ne peuvent cependant pas tout. La représentation nationale doit prendre ses responsabilités : produire des logements décents aux loyers abordables, aider les plus fragiles, développer l’éducation, les savoirs et la culture, tout en préservant notre santé et nos biens communs : l’air, l’eau, les sols et la biodiversité.

C’est à l’Assemblée Nationale que se mènent ces combats.

Et pendant cinq ans, les 17 député-e-s écologistes qui y ont siégé durant la mandature précédente ont, grâce à leur inlassable travail, permis de nombreuses réformes. L’économie sociale et solidaire est désormais reconnue comme un mode de développement économique à part entière, associant les salariés et employeurs à la gouvernance. Au nom de la démocratie réelle, un répertoire des représentants d’intérêts a été créé afin que les lobbyistes ne puissent plus avancer masqués. Les député-e-s écologistes ont réussi à faire interdire l’utilisation de produits phytopharmaceutiques dans les espaces fréquentés par nos enfants : crèches, garderies, cours de récréation, centre de loisirs et aires de jeux.

Pourquoi des député-e-s écologistes ?

Parce que sans eux, l’écologie n’est pas prise en compte. Les écologistes sont les aiguillons qui réveillent le Parlement, et lui rappellent que ni les citoyen-ne-s ni l’environnement ne sauraient attendre plus longtemps les réformes pour entre de plain-pied dans le 21e siècle.
Il faut changer de cap : l’avenir de nos enfants est en jeu. Sur quelle planète voulons-nous qu’ils vivent ? Dans un monde de compétition ou dans un monde de coopération qui vise à l’harmonie ?